ITTEVILLE 2018 – A la croisée des couleurs & des saveurs

     Véritable rendez-vous des amateurs du beau et du vrai, c’est avec le soutien des Services de la commune d’ITTEVILLE que l’association Gout Saveur & tradition organise du 9 au 11 mars prochain ce Salon dédié aux Arts et produits du Terroir au complexe sportif Marcel CERDAN

     Au cœur d’ITTEVILLE, le Salon des Arts & Saveurs de Printemps 2018 proposera un éventail  d’activités et d’étales des plus diversifiés. Ce festival de couleurs et de saveurs connu pour la qualité des artisans présents, promet cette fois encore de belles rencontres, avec des femmes et des hommes fiers de leur métier. Les visiteurs auront tout loisir de découvrir et de se procurer les créations d’artisans locaux ou venus de toute la France, ainsi que des produits du terroir de tout l’hexagone

     Plus de 50 stands dont une douzaine de nouveaux venus. Dans des domaines divers et variés, tels que la peinture, la sculpture, la maroquinerie, la verrerie, la vannerie, la porcelaine, la mode, la poterie, la tapisserie, la broderie, la céramique, les objets en bois tourné, le travail de l’émail et bien d’autres encore. Vous serez séduit par leur savoir-faire, vous apprécierez la qualité de leur travail,

      Point d’orgue de cet événement, l’Espace brasserie, avec son bar à huîtres dressé au milieu des stands où dans une ambiance convivial de marché de campagne les gourmands pourront se restaurer avec les produits achetés ça et là. 

Sans oublier la tombola, avec une soirée en table et chambre d’hôte à gagner

                  Un week-end  à noter dans votre agenda !

           Les exposants du Salon des Arts & Saveurs de Printemps 2018

Dans les monts du Forez

Dans le Forez en hiver, on tuait le cochon

      Depuis l'Antiquité, on choisissait un temps de froid et de neige pour "tuer le cochon". Une coutume populaire qui permettait de nourrir toute la famille pendant de longs mois. Dans la haute auvergne cette tradition avait également un côté festif, l'occasion de se retrouver entre amis.

      Au début du siècle dernier, dans de nombreuses villes l’abattage fut interdit sur la voie publique et plus particulièrement dans les communes possédant un abattoir public. Jusqu'à ce qu’un article du code rural autorise de "tuer le cochon" pour la consommation familiale

      A Cheyrac, dans les Monts du Forez, je me souviens des jours ou mon grand-père et mon oncle aménageaient la cour tôt le matin, le banc, le crochet, les bassines d’eau chaude, les couteaux et les affiloirs disposés à proximité. Tout était enfin prêt, la journée de la tuaille du cochon pouvait commencer.

Lire plus