Goût, Saveur et Tradition

La défense des traditions culinaires Françaises est notre ambition

Ou déguster les fruits d'été !



La Vallée du Rhône est la région par excellence, pour déguster des fruits d’été !

     Tout au long de cette vallée, le climat est tempéré, un cadre idéal pour les cerises, les abricots, les pêches qui mûrissent lentement au grès du soleil. Dès la belle saison, les vergers s’habillent de blanc ou de rose, un délice pour les yeux !  


             Puis vient le temps des cerises  … la gourmandise des rois

     La légende raconte que durant leur migration, les oiseaux laissaient tomber des noyaux tout le long de leur envolée et c'est ainsi que les cerisiers se seraient retrouvés en Europe et en France.

     On dit également qu’après sa bataille contre Mithridate, le Général romain Lucullus aurait rapporté dans ses bagages la "perle rouge". Mais des textes plus anciens démontrent que le fruit rouge était déjà connu en Grèce, en Italie et en Gaule bien avant cette date. En France, dès le Moyen Âge, la cerise entre dans les menus, crue ou cuite dans le vin, elle est servie comme dessert. Depuis elle a fait son chemin, notamment au 17ème siècle avec " les vergers des princes de Montmorency ".

     Louis XV en raffolait, c’est à lui que l’on doit l’optimisation de la culture du cerisier moderne. Quand à Napoléon, il a donné son nom à cette variété qu’il aimait tant.

     On doit à Léonard Burlat, arboriculteur originaire du Rhône, la création d’une variété de beau calibre et de très bonne qualité gustative à la chair savoureuse, juteuse et sucrée . Mobilisé en 1915 à Lyon, il remarque dans le quartier de Gerland un cerisier de belle taille. Il y prélève alors des greffons et les greffe sur un merisier de sa propriété. Une nouvelle variété venait de naître, qui constitue aujourd’hui la moitié de nos vergers.



     On enchaîne avec les abricots qui annoncent l’été. Avec sa chair orangée, le Bergeron s’impose comme la variété traditionnelle et spécifique de la Vallée du Rhône.

     L’abricot nous vient du nord-est de la Chine. Il aurait été domestiqué il y a 4 000 ans par une peuplade chinoise. Plus tard, les légionnaires romains l’ont introduit en Grèce et en Italie. Il n’est arrivé en France qu’au 15em siècle et sa culture ne s’y est établie véritablement qu’au 18em siècle. À cette même époque, les missionnaires espagnols l’ont implanté dans le sud de la Californie, où il a été rapidement adopté.

     Ce fruit particulièrement savoureux est généralement cueilli à la main. A déguster comme de la confiture, les vrais amateurs savent que l’abricot doit fondre dans la bouche !

     Et pour ceux qui ont la chance de voyager vers le Sud en empruntant la mythique Nationale 7 ou sa parallèle ardéchoise entre Andance et la Voulte, rien ne vaut un arrêt chez les petits producteurs qui jalonnent ces bords de route, ils sont très facilement reconnaissables avec leurs panneaux qui annoncent les variétés disponibles, de quoi mettre l’eau à la bouche !


Rien de comparable avec ce que vous trouverez sur les linéaires de la grande distribution.


 



Articles similaires
Partager sur les réseaux sociaux