Plus-torrefaction-artisanale-cafe-the

PNG 5

Thé, Café et Pause détente

les Cafés Bruléa  – 77000 Melun
Salon-Saveur-Gourmandises-Cerny- Essonne-Café-Bruléa     Rien ne prédestinait les cerises de caféier à un tel succès populaire… une longue histoire qui commence dans les contes des Mille et Une Nuits. Un berger intrigué par le comportement de ses chèvres qui consomment les petits fruits rouges d’un arbuste. Rendant compte de cette anecdote au prieur voisin, celui-ci eut l’idée de les faire sécher et infuser …. L’eau noire était née

      Au XVème siècle, son expansion se fait en Arabie, grâce aux pèlerins musulmans se rendant à la Mecque. En 1615, des commerçants vénitiens parviennent à en ramener en Europe. En France, le « K’hawah arrive par le port de Marseille. C’est là qu’on inaugure, vers 1640, la premiére « Maison de café » française. Il faudra attendre près de 30 ans pour voir le premier café s’ouvrir dans la capitale, près du Pont-Neuf. Il en est de même dans la Cour du « Roi Soleil », où « l’eau noire », fait son entrée officielle en 1669.

      Les « cerises » protégées par la pulpe renferment deux fèves de café. Quatre mille fèves sont nécessaires pour produire une livre de café torréfié. La composition chimique du café se modifie durant la torréfaction : son aspect, le développement des arômes et ses qualités gustatives. Même si les premières minutes sont gérées automatiquement par les fours, seul Laurent, le maître torréfacteur peut à l’oeil, à l’oreille et à l’odorat décider de la fin de la procédure.

Le thé a la conquéte du monde

    Tout commence il y a 4500 ans. Selon une légende Chinoise alors que l’empereur Shen Nung faisait bouillir de l’eau à l’abri d’un arbre pour se désaltérer, une légère brise agita les branches et détacha quelques feuilles. Elles se mêlèrent à l’eau et lui donnèrent une couleur et un parfum délicat. L’empereur y goûta, s’en délecta et en repris. L’arbre était un théier sauvage. Quelle que soit la légende, il semble que les arbustes soient originaires de la région située aux confins de la Birmanie, du Nord-Viêt-Nam et du Yunnan

     Dès le Xe siècle, le thé constitue pour la Chine un produit d’exportation de première importance : d’abord vers les pays asiatiques puis vers l’Europe, en France le thé soulève d’abord un degré d’inquiétude dans les milieux médicaux ensuite il acquiert ses lettres de noblesses dans la bourgeoisie … Madame de Sévigné mentionne que Madame de la Sablière est la première à mettre du thé dans son lait. Racine est un fidèle adepte du thé, de même que le Cardinal Mazarin qui en prend pour soigner sa goutte.

     Au XIXe siècle, la Chine ne suffit plus à satisfaire une consommation occidentale toujours croissante. Vers 1830, les Anglais commencent à développer la culture du thé dans d’autres pays. Des plantations sont créées en Inde et ainsi qu’à Ceylan en 1857, dans un premier temps ces plantations n’ont qu’une valeur expérimentale, mais, après la destruction totale des plantations de café, ravagées par un parasite, le thé devient la principale richesse de l’île.

     Aujourd’hui, le thé est la première boisson mondiale après l’eau, il s’en consomme environ 15 000 tasses à la seconde. Alors, pour une pause détente direction le stand de Laurent qui  vous fera découvrir tout l’univers du thé et du café.

Produit-terroir-etrechy-centre

Le site :   http://www.brulea.com/

LOGO-GSTles Gourmandises de Peggy