Retour aux sources, retour vers la qualité !

Gout-saveur-tradition-essonneretour-aux-sources-A

     En cinquante ans, la consommation alimentaire des Français a subi de nombreux bouleversements. L’INSE constate qu’elle a régulièrement augmenté en volume mais que sa part dans le budget a diminué. En 1960, l’alimentation représentait 35 % des dépenses des ménages, elle ne représente plus aujourd’hui que 20 % du budget.

     Bien manger, prendre le temps de s’attabler autour d’un repas fait maison est un luxe que les Français s’offrent de moins en moins. Aujourd’hui, tout doit aller très vite : « on mange n’importe où, sur un banc ou à son bureau. Pourtant, le gain de temps promis par les plats préparés est minime et ces produits coûtent plus cher, bien plus cher que si on les préparait soi-même »

 

     Pour autant la situation n’est pas désespérée, le retour vers la qualité est une réalité.
« L’arrivée d’un enfant dans le ménage change la donne. Les familles se remettent à cuisiner davantage, privilégiant une alimentation meilleure pour la santé » Gout-saveur-tradition-essonneretour-aux-sources-B

    

     Près de 8 français sur 10 avouent chercher à connaître l’origine d’un produit alimentaire avant de l’acheter et 38% recherchent des informations avant d’acheter. Cette même étude montre que de plus en plus de concitoyens recherchent l’origine ainsi que la proximité géographique.

    

   Les critères qui rassurent le consommateur sont :

     – La vente directe du producteur au consommateur (23%)

     – Les labels et appellations officiels (16%)

     – La fabrication locale (9%)

     Ils sont également convaincus que cette manière de consommer répond à leur envie de « vrai » (81%).

     Gout-saveur-tradition-essonneretour-aux-sources-CEn effet, les français éprouvent un besoin de retour à la nature et aux choses essentielles. Ils pensent également qu’il est « primordial » de transmettre aux enfants des connaissances sur le monde agricole et les modes de production. Si les français ne boudent pas pour autant les grandes surfaces, ils sont de plus en plus nombreux à fréquenter également des circuits de proximité