Ou déguster les fruits d’été !

La Vallée du Rhône est la région par excellence, pour déguster des fruits d’été !
     Tout au long de cette vallée, le climat est tempéré, un cadre idéal pour les cerises, les abricots, les pêches qui mûrissent lentement au grès du soleil. Dès la belle saison, les vergers s’habillent de blanc ou de rose, un délice pour les yeux !  

             Puis vient le temps des cerises  … la gourmandise des rois
     La légende raconte que durant leur migration, les oiseaux laissaient tomber des noyaux tout le long de leur envolée et c'est ainsi que les cerisiers se seraient retrouvés en Europe et en France.
     On dit également qu’après sa bataille contre Mithridate, le Général romain Lucullus aurait rapporté dans ses bagages la "perle rouge". Mais des textes plus anciens démontrent que le fruit rouge était déjà connu en Grèce, en Italie et en Gaule bien avant cette date. En France, dès le Moyen Âge, la cerise entre dans les menus, crue ou cuite dans le vin, elle est servie comme dessert. Depuis elle a fait son chemin, notamment au 17ème siècle avec " les vergers des princes de Montmorency ".
     Louis XV en raffolait, c’est à lui que l’on doit l’optimisation de la culture du cerisier moderne. Quand à Napoléon, il a donné son nom à cette variété qu’il aimait tant.
     On doit à Léonard Burlat, arboriculteur originaire du Rhône, la création d’une variété de beau calibre et de très bonne qualité gustative à la chair savoureuse, juteuse et sucrée . Mobilisé en 1915 à Lyon, il remarque dans le quartier de Gerland un cerisier de belle taille. Il y prélève alors des greffons et les greffe sur un merisier de sa propriété. Une nouvelle variété venait de naître, qui constitue aujourd’hui la moitié de nos vergers.

     On enchaîne avec les abricots qui annoncent l’été. Avec sa chair orangée, le Bergeron s’impose comme la variété traditionnelle et spécifique de la Vallée du Rhône.
     L’abricot nous vient du nord-est de la Chine. Il aurait été domestiqué il y a 4 000 ans par une peuplade chinoise. Plus tard, les légionnaires romains l’ont introduit en Grèce et en Italie. Il n’est arrivé en France qu’au 15em siècle et sa culture ne s’y est établie véritablement qu’au 18em siècle. À cette même époque, les missionnaires espagnols l’ont implanté dans le sud de la Californie, où il a été rapidement adopté.
     Ce fruit particulièrement savoureux est généralement cueilli à la main. A déguster comme de la confiture, les vrais amateurs savent que l’abricot doit fondre dans la bouche !
     Et pour ceux qui ont la chance de voyager vers le Sud en empruntant la mythique Nationale 7 ou sa parallèle ardéchoise entre Andance et la Voulte, rien ne vaut un arrêt chez les petits producteurs qui jalonnent ces bords de route, ils sont très facilement reconnaissables avec leurs panneaux qui annoncent les variétés disponibles, de quoi mettre l’eau à la bouche !

Rien de comparable avec ce que vous trouverez sur les linéaires de la grande distribution.

 

Retour aux sources, retour vers la qualité !

          En cinquante ans, la consommation alimentaire des Français a subi de nombreux bouleversements. L’INSE constate qu’elle a régulièrement augmenté en volume mais que sa part dans le budget a diminué. En 1960, l’alimentation représentait 35 % des dépenses des ménages, elle ne représente plus aujourd’hui que 20 % du budget.
          Bien manger, prendre le temps de s’attabler autour d’un repas fait maison est un luxe que les Français s’offrent de moins en moins. Aujourd’hui, tout doit aller très vite : « on mange n’importe où, sur un banc ou à son bureau. Pourtant, le gain de temps promis par les plats préparés est minime et ces produits coûtent plus cher, bien plus cher que si on les préparait soi-même »
          Pour autant la situation n’est pas désespérée, le retour vers la qualité est une réalité.
« L’arrivée d’un enfant dans le ménage change la donne. Les familles se remettent à cuisiner davantage, privilégiant une alimentation meilleure pour la santé »
             Près de 8 français sur 10 avouent chercher à connaître l’origine d’un produit alimentaire avant de l’acheter et 38% recherchent des informations avant d’acheter. Cette même étude montre que de plus en plus de concitoyens recherchent l’origine ainsi que la proximité géographique.

       Les critères qui rassurent le consommateur sont :
     – La vente directe du producteur au consommateur (23%)
     – Les labels et appellations officiels (16%)
     – La fabrication locale (9%)

          Ils sont également convaincus que cette manière de consommer répond à leur envie de « vrai » (81%). En effet, les français éprouvent un besoin de retour à la nature et aux choses essentielles. Ils pensent également qu’il est « primordial » de transmettre aux enfants des connaissances sur le monde agricole et les modes de production. Si les français ne boudent pas pour autant les grandes surfaces, ils sont de plus en plus nombreux à fréquenter également des circuits de proximité

Les recettes de PEGGY

La cueillette de TORFOU

      Jusqu’aux  années 40, l’approvisionnement des français était basé sur les circuits courts.  Avec le développement des transports frigorifiques et l’internationalisation des marchés, les circuits courts ont décliné pendant les "30 Glorieuses".
      Depuis une dizaine d’années, ils retrouvent un regain d’intérêt. Un sondage Ipsos nous apprend que  83 % des Français considèrent que la vente directe par les producteurs est un modèle qui a de l’avenir. Les chiffres sont en hausse constante, les clients privilégiant de plus en plus la vente directe du producteur au consommateur.

      Si vous avez envie de sortir, de retrouver le contact avec la terre, alors vous allez adorer venir à la Cueillette de TORFOU (10 km au nord d’Etampes). Les raisons ne manquent pas de parcourir ces espaces où l’on ramasse soi-même fruits et légumes. En période de crise, bien manger et se ressourcer dans la nature, ça fait du bien, et cette démarche correspond parfaitement à l’attende du consommateur vis-à-vis de la qualité des produits et surtout de leur traçabilité … quel plaisir « gustatif » de retrouver le gout d’une vraie tomate !

Manger cinq fruits et légumes par jour  

      Et pour les enfants c’est à la fois ludique et éducatif. A la saison des fraises, ils découvriront que ces fruits ne poussent pas spécifiquement dans les allées des grandes surfaces.  Si d’aventure vous venez le matin et que vous préparez vos fraises pour le déjeuner, seules quelques heures se seront écoulées entre le champ et votre assiette. Quel délice, ce goût inégalable des produits locaux qui n’ont pas voyagé des centaines de kilomètres à l’arrière de camions frigorifiques.

Les cueillettes séduisent de plus en plus de familles qui cherchent à faire leurs courses à moindre frais. A tel point qu’à TORFOU, Antoine Poupinel et son équipe ont du agrandir le parking du "Chapeau de Paille" pour recevoir le public dans de bonnes conditions.

les fraises sont de retour

ouverture de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h, tous les jours à partir du vendredi 8 Mai
 artichauts, concombres, asperges blanches, pommes de terre, oignons, carottes,
betteraves rouges, échalotes, pommes, jus de pommes : farine, œufs, bières artisanales.
Accès : sortie Torfou sur la N20 puis suivre la D99 entre Torfou et Lardy.
contact@cueillettedetorfou.fr

 

Oeufs extra-frais pour manger à la coque !

     JSalon-Saveur-Gourmandises-Cerny- Essonne- P'tites cocottes à la coquee me souviens des bons moments passés à la ferme autour de la table de mes grands-parents, ce que je préférais c’était les œufs. Tous les œufs : mollets, durs, au plat, en omelette ou préparés en matefaim pour le 4 heures !
Rien de meilleur que celui qu’il fallait écaler en le tenant tout chaud dans le creux de la main … et celui de l’œuf «coque» directement ramassé dans le poulailler.
Le manger était tout un cérémonial. Préparer quelques mouillettes de pain beurrées, les plonger dans le jaune tiède et dense où croquait le gros sel, puis racler le blanc avec une petite cuillère … surtout, prendre garde de ne pas casser la coquille !
Aujourd’hui, pas évident de trouver des œufs extra-frais pour satisfaire à cette gourmandise ! Souscrire à la mode de posséder une poule dans son jardin ou sur sa terrasse ?
Pas franchement pratique !
Mais depuis quelques mois, dans notre Région de Beauce, une solution s’est fait jour.
Salon-Saveur-Gourmandises-Cerny- Essonne- P'tites cocottes d'Edith Rendez-vous chez Edith et ses P’tites Cocottes à Chauffour-les-Etréchy, qui propose des œufs fermiers de plein air et ce, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 !

     En effet, vous découvrirez l’étonnant LIBRE SERVICE mis en place par Edith qui assure elle-même le travail d’élevage, de ramassage et la commercialisation de ses œufs fermiers.
Votre frigo est vide… rien à manger pour ce soir ?! Pour quelques €uros, qu’importe le jour ou l’heure, vous trouverez aux P’tites Cocottes à Chauffour les Etrechy, des œufs extra-frais pour manger à la coque ou faire une bonne omelette !

Les P’tites Cocottes étaient présentes au Salon de Cerny.

CORONAVIRUS, Marchés & Circuits Courts

CORONAVIRUS , Marchés et Circuits-Courts

     S’approvisionner directement chez les producteurs.
Une pratique qui a plus que jamais le vent en poupe et qui s’organise.
Avec l'épidémie du CORONAVIRUS, dans les grandes villes la population dévalise les rayons des grandes surfaces. Mais en milieu rural la tendance , ce sont les circuits-courts qui sont sollicités, depuis vendredi dernier, les ventes et la demande explosent.
     Epiceries de village, magasins de petits producteurs, vente directe sur les marchés ou livraisons à domicile, dans les campagnes, la consommation est exponentielle.
Une petite victoire pour ces "petits commerces et producteurs de proximité "qui défendent une alimentation et un service de qualité. Des "indispensables", qui figurent sur la liste officielle des commerces autorisés à rester ouverts et qui tirent aujourd'hui leur épingle du jeu

  Commerce de détail de fruits et légumes en magasin spécialisé
• Commerce de détail de viandes et de produits à base de viande en magasin spécialisé
• Commerce de détail de poissons, crustacés et mollusques en magasin spécialisé
• Commerce de détail de pain, pâtisserie et confiserie en magasin spécialisé
• Commerce de détail de boissons en magasin spécialisé
• Commerce de détail alimentaire sur éventaires et marchés

     Ces nouveaux "entrepreneurs", proposent des produits de qualité, cultivés et élevés sur place en respectant l’environnement et le consommateur. Ces éleveurs et agriculteurs devenus commerçants, se sont adaptés afin de répondre à la demande croissante du bien vivre et du bien manger.
     L’image du rustre sur son tracteur, est devenue une image d’Epinal... ces producteurs en circuit court s’inscrivent désormais dans des programmes dont ils sont acteurs à part entière.

La vente "directe" leur permet désormais de mieux vivre du fruit de leur travail. Menant trois métiers de front : production, transformation et vente, ils pratiquent des prix raisonnables à la hauteur des efforts consentis, demandant simplement aux consommateurs de payer la nourriture à son juste prix.

Fin Octobre en organisant le salon de  CERNY, l’association Goût Saveur et Tradition a pour seule ambition de préserver savoir faire et authenticité, en favorisant la proximité et les relations entre le producteur et le consommateur.

             Marché en Sud Essonne
Auvers St Georges  = SAMEDI : place de l’Eglise  //  Angerville = MARDI & SAMEDI : place Teissier // Arpajon = VENDREDI : centre-ville  //   Ballancourt sur Essonne = JEUDI & DIMANCHE : rue de l'Aunette // Bretigny sur Orge = JEUDI & DIMANCHE : place du marche  //  Breuillet = JEUDI : place du marche // Dourdan = MERCREDI & SAMEDI : centre-ville  // Etampes = MARDI : place St-Gilles & SAMEDI : place de l'hotel de ville // Itteville = VENDREDI : place de l’église  // La Ferte Alais = SAMEDI : place du marche // Limours = JEUDI & DIMANCHE : place de la mairie  //  Maisse = MERCREDI : place de la mairie // Mennecy = MERCREDI & SAMEDI : place de la mairie // Mereville = VENDREDI : place de la mairie // Milly la foret = JEUDI : centre-ville // Montlhéry = LUNDI & JEUDI : place du marche // Saint-Chéron = JEUDI : parc des Tourvelles